En testant tous les projets dans l’«urban living lab» d’Amsterdam, nous savons si une solution intelligente fonctionne ou pas. Si les résultats ne convainquent pas, nous arrêtons

Ger Baron
chief technology officer de la Ville d’Amsterdam

Amsterdam: laboratoire vivant

Quelque 180 partenaires publics et privés et 1.500 «innovateurs» individuels, parmi lesquels de nombreux citoyens, sont activement impliqués dans la création de la ville intelligente d’Amsterdam. Ensemble, ils développent de nouvelles idées pour rendre la ville encore plus vivable. La singularité de ce projet? Toutes les idées sont mises en pratique à un rythme accéléré.

«Tous les projets d’Amsterdam Smart City sont considérés comme des expériences», explique Ger Baron, chief technology officer d’Amsterdam. «Nous ne voulons pas de belles études théoriques qui atterrissent après quelques mois dans un tiroir. Nous testons chaque proposition. Et notre laboratoire, notre «urban living lab», c’est la ville d’Amsterdam. Les entreprises participantes peuvent y tester en live leurs innovations.»

Les cycles d’expérience sont très courts. «En mettant en oeuvre une approche sur le terrain, nous comprenons rapidement si elle fonctionne ou pas. Si les résultats ne sont pas convaincants, nous arrêtons immédiatement.»

Un million de panneaux solaires

L’Amsterdamse Zoncoalitie est un bel exemple. Amsterdam dispose de plus de 800 hectares de toitures aptes à accueillir des panneaux solaires. Cette coalition réunit les propriétaires de ces toitures pour les convaincre des avantages de l’énergie solaire. L’objectif? Installer au moins 1 million de panneaux solaires. C’est plus que le nombre de vélos circulant à Amsterdam, une ville portuaire qui n’en manque pourtant pas.

186

Le nombre d’organisations (entreprises, communes, centres de connaissances, initiatives citoyennes…) qui participent à l’Amsterdam Smart City.

Et que penser de TreeWifi? Comme son nom l’indique, c’est une borne Wi-Fi, mais pas seulement. Son inventeur l’a conçue comme un nichoir pour oiseaux qu’il place dans les arbres de la ville. Il y a installé des capteurs qui mesurent la pollution de l’air avec un éclairage LED. Quand le nichoir s’illumine en vert, l’air est de bonne qualité et la borne diffuse gratuitement un signal Wi-Fi.

Refroidissement et chauffage durables

En tant que ville intelligente, Amsterdam mise beaucoup sur l’énergie renouvelable produite localement. Plus de 30 partenaires – les instances de la ville, des centres de connaissances et des entreprises – ont confronté leurs réflexions dans ce domaine. La construction d’appartements entièrement neutres d’un point de vue énergétique à Hout haven, un district d’Amsterdam, est un autre exemple inspirant. Ici, le chauffage et le refroidissement passent par un réseau totalement durable.

La chaleur provient de l’électricité produite par l’Afval Energie Bedrijf (AEB) lors de l’incinération de déchets. Le froid est tiré de l’eau de l’IJmeer, un lac situé à proximité d’Amsterdam, dont une partie est stockée sous le sol pour être immédiatement disponible pendant les jours les plus chauds de l’été. Chaque année, ce sont plus de 300 nouveaux appartements de Houthaven qui se raccordent à ce réseau d’énergie durable. En 2021, il y en aura 2.000 au total. Ces logements émettent 80% de CO2 en moins que ceux équipés d’un chauffe-eau et d’une climatisation traditionnels.