Le projet est animé de convictions très fortes par rapport à ce que doit être Bruxelles demain

Céline Fremault,
ministre bruxelloise de l’Environnement

Bruxelles, pionnière de l’économie circulaire

Les entreprises Farm, PermaFungi et MCB Atelier se sont tournées vers un nouveau modèle économique, circulaire. À Bruxelles, un programme régional existe pour impulser cette nouvelle dynamique.

Passer d’une consommation linéaire énergivore où «extraire-produire-consommer- jeter» est la règle, à un mode circulaire où «récupérer-produire-consommer- réemployer» est la norme, est le défi qui attend la Région de Bruxelles- Capitale. Didier Gosuin, ministre de l’Économie, Céline Fremault, ministre de l’Environnement, et Fadila Laanan, secrétaire d’État chargée de la Recherche scientifique, ont œuvré ensemble pendant un an à la création d’un Programme régional d’économie circulaire (PREC).

Céline Fremault en porte haut les valeurs. «Le PREC veut stimuler l’économie et vise à transformer les objectifs environnementaux en opportunité économique: produire plus localement, créer de la valeur ajoutée et développer l’emploi. Avec le programme Anticipate, on ajoute une dimension de recherche scientifique. Le programme soutient des projets intelligents, réalisés par des chercheurs belges ou étrangers en économie circulaire.»

Greenbizz, incubateur de projets verts

Du citoyen qui souhaite acheter moins mais mieux ou de meilleure qualité, aux administrations, en passant par l’horeca, les écoles et les hôpitaux, le développement d’une économie circulaire à Bruxelles passe par tous ses acteurs.

«L’analyse du métabolisme urbain bruxellois a montré que neuf millions de tonnes de matières sont importées et sept millions exportées chaque année. Ces matières peuvent être préservées, conservées, revalorisées sur le territoire. PermaFungi en est un bel exemple. L’entreprise fait pousser des pleurotes grâce à du marc de café. Dans un autre domaine, MCB Atelier loue des décors de théâtre modulables et 100% recyclables», explique la ministre.

L’Union des classes moyennes (UCM) a créé une cellule d’écoconception pour aider les petites entreprises dans cette transition. Le pôle écodesign du MAD (Mode & Design Centrum) soulève chez les jeunes créateurs la question du réemploi, du recyclage. Avec l’appel à projet Be Circular, on a voulu initier de nouvelles idées. Avec succès! Quatrevingt- deux projets sont déjà parvenus au cabinet de Céline Fremault. Le gouvernement doit à présent en sélectionner 42.

D’autres initiatives voient le jour, comme l’incubateur pour start-ups environnementales Greenbizz. Situé le long du canal, on y trouve une micro-brasserie, un traiteur bio, des entreprises de constructions durables… Une dizaine d’entreprises profitent de bureaux et hangars mis à disposition.

42

L’appel à projet Be Circular a déjà livré 42 projets, pour un montant total de 1,6 million d’euros.

«Savoir que des banques sont intéressées par ce type de modèle économique, qu’elles croient en leur avenir et qu’elles sont disposées à accompagner les jeunes entrepreneurs vers ce modèle économique, est très important. Il faut aussi travailler sur un fond de financement de base mais l’essentiel est de mettre en place un réseau interbancaire qui va soutenir les jeunes entrepreneurs», poursuit Céline Fremault.

En matière d’économie circulaire, Bruxelles a été reprise comme Best Practice dans un réseau qui regroupe déjà près de quatre cents villes à travers le monde. «Le projet existe, animé de convictions très fortes par rapport à ce que doit être et ce que pourra offrir Bruxelles demain.»