Donceel

À Donceel, l’éclairage public intelligent n’est qu’une première étape

La commune de Donceel est petite par la taille mais ses ambitions environnementales sont grandes. Elle projette de dépenser plus de 300.000 euros pour remplacer son éclairage public par un dispositif intelligent. Et ne compte pas en rester là.

«La commune de Donceel a budgétisé 30.000 euros par an sur 10 ans pour remplacer la totalité des vieilles ampoules énergivores de son éclairage public par un dispositif d’éclairage intelligent», chiffre Bernadette Rome, directeur général f.f. de l’administration communale. «Soit un total de 300.000 euros, un montant considérable pour une commune de notre taille.»

La première tranche de ce projet est opérationnelle sur 3 voiries depuis le début de 2018. «Cela représente 54 luminaires», précise Thierry Laureys, consultant indépendant qui a assisté Donceel dans cette opération. «Soit moins de 1% de réduction de CO2, alors que ces émissions de dioxyde de carbone dépassent 3.000 tonnes. Il faudrait aller beaucoup plus vite ! Avec un réseau d’éclairage totalement remplacé, Donceel mettrait 7 ans et demi à rentrer dans ses frais.»

À l’origine, cependant, les ambitions énergétiques de la petite commune wallonne étaient bien plus vastes. «Notre démarche a débuté avec le plan Pollec (Politique locale énergie climat, NDLR) autour de 2012», évoque Bernadette Rome. «Nous nous sommes alors engagés dans la Convention des Maires, qui vise à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Malheureusement, il va être difficile d’atteindre cet objectif.»

La politique est passée par là… «Nous avions développé un projet éolien en partenariat avec les communes de Faimes et Verlaine ainsi que Tecteo, projet qui aurait couvert tous nos besoins en énergie. Or, le gouvernement fédéral a décidé, alors que nous en étions à l’introduction du PU, d’étendre la zone d’entraînement des hélicoptères, qui couvrait désormais celle où nous devions installer les éoliennes. Trois ans de travail partis en fumée. Ce fut un coup dur. Mais nous gardons espoir. Pour ce qui nous concerne, le projet est juste en stand-by.»

Donceel a budgétisé 300.000 euros pour remplacer la totalité de son éclairage public par un éclairage intelligent. Un montant considérable
Bernadette Rome, directeur général f.f. de l’administration communale de Donceel

La commune n’a pas pour autant baissé les bras. «Tout en sachant que cela ne suffira pas non plus pour atteindre les objectifs de la Convention des maires, nous optimisons autant que possible les bâtiments publics. Nous installons des panneaux photovoltaïques dès que des toitures doivent être rénovées ou sur de nouvelles constructions, par exemple sur une annexe au hall des sports et sur l’école primaire.» Deux opérations rendues possibles par le projet dit des «31 communes au soleil». Ce regroupement de communes de l’arrondissement Huy-Waremme leur a permis de décrocher une subvention européenne (du Feder, le Fonds européen de développement régional) et un subside régional.

Donceel envisage-t-elle de recourir à nouveau à la générosité européenne pour ses projets environnementaux? «Une telle subvention est impossible à décrocher pour une petite commune seule», répond Bernadette Rome. «C’est pourquoi il faudrait reconduire une initiative comme celle des “31 communes au soleil”. Nous sommes très motivés mais parfois, nous nous sentons peu soutenus ou entendus. Pourtant, nous rentrons énormément de projets en matière d’énergie, notamment!»

La petite commune de la province de Liège, en effet, ne ménage pas ses efforts, puisqu’elle participe à 95% des projets subsidiants à sa portée, avec un taux de réussite de 85%.

Découvrez les laureats