Olen

Des capteurs intelligents améliorent la qualité des soins

La commune d’Olen teste des capteurs intelligents dans son centre de soins résidentiels de Zilverlinde. Les prestataires de soins peuvent ainsi réagir avec davantage de rapidité et de précision aux situations d’urgence. À terme, ce système innovant permettra aux personnes âgées de rester plus longtemps à leur domicile.

Les capteurs intelligents sont à même de suivre tous les mouvements dans une pièce. «Le système fonctionne par zone», indique Jeroen Peeters, directeur général de la commune et du CPAS d’Olen. «Si une personne âgée reste plus longtemps que la normale dans la salle de bain, les capteurs l’enregistrent. Ces capteurs intelligents réagissent également aux sons, par exemple lorsque le patient demande de l’aide. Ils peuvent même identifier un bruit suspect, comme celui d’une chute. Quand les capteurs indiquent qu’une situation donnée pourrait être critique – et uniquement à ces moments – une caméra s’enclenche et filme ce qui se passe. Les images s’affichent en temps réel sur le smartphone du prestataire de soins concerné.»

Ce dernier peut ainsi analyser les situations et définir des priorités plus rapidement. «C’est une manière d’améliorer la qualité de nos soins et de gagner un temps précieux.»

Le système intelligent avec capteurs et caméras rassure les personnes âgées et leur famille
Jeroen Peeters, directeur général de la commune et du CPAS d’Olen

Dormir tranquille

Les capteurs intelligents permettent en outre d’éviter de nombreuses interventions. Les personnes âgées ne sont pas toujours à même d’appuyer sur un bouton d’urgence. Et il est fréquent que des prestataires de soins se rendent trois fois par nuit dans la chambre afin de contrôler que tout est en ordre. Or, cela leur prend beaucoup de temps et perturbe le repos nocturne des patients.

«Le système est entièrement adapté aux besoins du patient», prolonge Jeroen Peeters. «Une personne âgée est alitée? Nous n’activons que les capteurs sonores, car le patient ne quitte pas la pièce.»

Vie privée

Des capteurs qui enregistrent des images dans des locaux privés: est-ce admis par la législation sur la protection de la vie privée? «Le respect de la vie privée est notre première préoccupation», assure Jeroen Peeters. «C’est pourquoi nous avons demandé l’avis de la Commission de la protection de la vie privée. L’utilisateur signe une déclaration dans laquelle il confirme qu’il a été informé du fonctionnement du système. En fin de compte, ces caméras n’ont pas été un obstacle. Au contraire, les personnes âgées et leur famille se sentent rassurées.»

Les capteurs nous permettent d’améliorer la qualité de nos soins et de gagner un temps précieux dans les situations critiques
Jeroen Peeters, directeur général de la commune et du CPAS d’Olen

Prêt pour la phase suivante

La phase pilote arrive à son terme. «Nous établissons actuellement le rapport de l’expérience dans le centre de soins résidentiels de Zilverlinde», conclut Jeroen Peeters. «Grâce aux enseignements que nous en tirerons, nous pourrons étendre le projet à des habitations privées. Nous permettrons ainsi à des personnes âgées de rester plus longtemps chez elles.»

Le projet est une initiative de la commune d’Olen, en collaboration avec le centre de soins résidentiels de Zilverlinde, le partenaire privé Tivedo, le laboratoire d’essai LiCalab, ainsi qu’avec des subsides du Fonds pour l’innovation en matière de santé de la Province d’Anvers.

Découvrez les laureats