Le compteur numérique encourage une consommation d’eau responsable

water-link

Le compteur numérique encourage une consommation d’eau responsable

Fin 2021, tous les Anversois disposeront d’un compteur d’eau numérique. Ils seront ainsi en mesure de mieux suivre leur consommation. Water-link a déjà testé avec succès le compteur à ultrasons de l’entreprise danoise Kamstrup, avec ou sans robinet, auprès de 1.000 personnes. Le projet pilote a été déployé à la fois chez des clients résidentiels et des consommateurs de plus grande envergure.

À Anvers et dans sa périphérie, la société water-link produit et fournit à des particuliers plus de 160 millions de mètres cubes d’eau potable chaque année. Mais aussi de l’eau de processus – de l’eau de refroidissement et de rinçage, par exemple – pour l’industrie et d’autres entreprises d’eau potable. Enfin, elle assure l’entretien du réseau d’égouttage.

Ces deux prochaines années, l’intercommunale remplacera gratuitement ses 200.000 compteurs traditionnels par de nouveaux modèles numériques. Le projet pilote de 2017, mené auprès d’un échantillon de 1.000 Anversois, a prouvé que le nouveau compteur offrait une meilleure idée de leur consommation d’eau à 62% des utilisateurs. Et 18% d’entre eux se montrent depuis lors plus économes en eau.

La technologie offre également de nouvelles informations à water-link: «Le compteur numérique transmet automatiquement les relevés de compteur chaque jour», précise Frank De clercq, Chief Commercial Officer chez water-link. «Ces données nous permettent d’identifier plus rapidement les fuites dans le réseau, de prévoir les pics de consommation et d’optimiser notre réseau. Nous pourrons ainsi mieux aligner l’offre sur la demande – un atout crucial, sur fond de changement climatique. Les clients ne devront plus noter et transmettre des relevés de compteur chaque année: via leur profil personnel, ils seront informés de leur consommation d’eau journalière, hebdomadaire ou mensuelle.»

D’autres entreprises d’eau potable peuvent utiliser nos solutions
Frank De clercq, Chief Commercial Officer chez water-link

Optimisation

«De notre côté, nous pourrons immédiatement tracer les écarts de consommation provoqués par une fuite ou une rupture de canalisation», poursuit Frank De clercq. «Cela limitera le risque de dégâts des eaux. Et les données compilées nous apporteront une compréhension plus pointue de la consommation totale d’eau.» La sécurité antiretour intégrée dans le compteur lancera l’alerte en cas de reflux d’eaux usées. De cette manière, water-link préviendra toute pollution de l’eau potable.

Le compteur numérique communique sans fil via LPWAN SigFox. Cette technologie IoT (Internet of Things) autorise un échange de données de consommation dans un rayon pouvant atteindre 40 kilomètres. La batterie affiche une autonomie de 16 ans. «Les clients ont le choix d’activer ou non leur compteur d’eau numérique. S’ils refusent l’échange automatique de données de consommation, ils devront transmettre manuellement leurs relevés de compteur chaque année.»

Nous pouvons tracer rapidement tout écart de consommation provoqué par une fuite ou une rupture de canalisation
Frank De clercq, Chief Commercial Officer chez water-link

Robinet commandé à distance

Enfin, en collaboration avec l’entreprise Hydroko, water-link a développé un robinet unique qui offre la possibilité de régler l’arrivée d’eau à distance. Les utilisateurs peuvent ainsi ouvrir, resserrer ou fermer le robinet à distance. «Si quelqu’un déménage ou laisse sa maison vide, nous pouvons fermer l’arrivée d’eau sans nous déplacer, afin d’éviter une consommation d’eau inutile», illustre Frank De clercq. «Et lorsqu’un contrat d’approvisionnement est signé avec un nouvel occupant, nous rouvrons simplement le robinet. Nos solutions sont utilisables par d’autres entreprises.»

 

Découvrez les laureats