Le programme VIB Grand Challenges mène des recherches novatrices avec un impact direct sur la société

VIB Grand Challenges-programma

Le programme VIB Grand Challenges mène des recherches novatrices avec un impact direct sur la société

Le programme VIB Grand Challenges permet la mise en œuvre de projets de recherche révolutionnaires. À court terme, ils peuvent apporter une plus-value directe aux patients et à la société.

Le VIB, l’Institut flamand pour la biotechnologie, mène des recherches sur la base de la vie, la santé et les maladies depuis 1996. «Le programme Grand Challenges offre à des chercheurs d’avoir un impact social dans le cadre de collaborations multidisciplinaires», indique Sofie Bekaert, directrice du programme Recherche translationnelle. Six à sept projets reçoivent jusqu’à 2,5 millions d’euros de la Région flamande. Trois d’entre eux se trouvent en phase de démarrage: un diagnostic plus rapide de problèmes hépatiques, la lutte contre le cancer à l’aide du système immunitaire du patient, et un meilleur dépistage des déficiences immunitaires primaires.

Nous avons découvert une nouvelle anomalie génétique dès le début du projet
Sofie Bekaert, directrice du programme Recherche translationnelle

Projets en cours

«Les maladies hépatiques représentent 2% des décès en Europe», prolonge Sofie Bekaert. «Le dépistage précoce est crucial pour pouvoir intervenir à temps. Le premier projet du programme Grand Challenges analyse la manière dont un examen sanguin peut améliorer le processus de diagnostic. Il autorise alors une identification et un traitement plus rapides de la maladie.»

«Le deuxième projet de recherche porte sur la réactivation du système immunitaire de patients cancéreux afin d’arrêter la progression de la maladie. La recherche cartographie l’écosystème des tumeurs, avant et pendant la thérapie. Avec les conclusions, nous voulons être capables de mieux prévoir la réaction des patients à l’immunothérapie. Il sera ainsi possible de traiter plus efficacement les cancers, et donc d’éviter des traitements coûteux.»

Nous lancerons un troisième appel l’automne prochain pour des recherches portant notamment sur une agriculture et une production agroalimentaire plus durables
Sofie Bekaert, directrice du programme Recherche translationnelle

Le troisième projet se concentre sur les déficiences immunitaires primaires, un groupe de maladies génétiques rares. Le dépistage précoce est indispensable pour parer à des infections constantes, voire au décès des patients. «Le Centre pour la recherche infectieuse commun au VIB et à l’UGent développe de nouveaux outils de diagnostic en collaboration avec les hôpitaux universitaires de Gand et de Louvain. Nous pourrons dépister ces déficiences immunitaires avec une précision accrue et à un stade plus précoce.»

«Grâce à l’analyse approfondie des patients à l’hôpital et à la combinaison de ces données avec des recherches en laboratoire, nous pourrons améliorer le diagnostic et le traitement. Simultanément, nous obtenons une meilleure compréhension du fonctionnement de notre système immunitaire. Nous avons même découvert une nouvelle anomalie génétique dès le début du projet, mais il trop tôt pour en dire plus à ce sujet. Des examens supplémentaires sont nécessaires. Cela démontre cependant que le programme GC progresse rapidement.»

Projets futurs

«Nous avons déjà lancé un nouvel appel pour des projets de recherche supplémentaires, avec une possibilité de financement à partir de cette année», conclut Sofie Bekaert. «Nous voulons soutenir trois autres projets d’ici au printemps. Nous lancerons un troisième appel l’an prochain, et nous espérons intégrer des recherches vers une agriculture et une production alimentaire plus durables.»

 

Découvrez les laureats