Produire du béton neutre en carbone, c’est possible

Roosens Bétons

Produire du béton neutre en carbone, c’est possible

Un travail de longue haleine, une dizaine de personnes affectées à ce dossier, des collaborations avec des universités et des centres de performance technique: pour démontrer que l’objectif «zéro carbone et maîtrise des coûts» pouvait être atteint, Roosens Bétons n’a pas économisé son énergie.

Un long travail de réflexion sur ses métiers a permis à Roosens Bétons de réduire drastiquement l’empreinte carbone de sa production de béton, à moins de 100 kg de CO2 par tonne de béton fabriqué. «Nous avons comparé ce taux à d’autres matériaux de construction: il s’agit d’un résultat très intéressant», indique Danny Roosens, administrateur délégué.

«Notre réflexion est partie de deux questions: comment permettre à notre main-d’œuvre de rester performante et présente sur les chantiers, plutôt que des robots et des travailleurs étrangers? Et comment contribuer à la survie de notre planète?» Un plan d’action en a découlé, centré sur la neutralité carbone et le bien-être des travailleurs de l’entreprise.

Grâce à nos innovations, les maçons sont nettement moins fatigués en fin de journée, et jouissent d’une meilleure santé
Danny Roosens, administrateur délégué de Roosens Bétons

L’idée est notamment de lutter contre le dumping social en transformant complètement la façon de construire un mur. «Nous avons donné une forme particulière au bloc de construction, afin que le maçon travaille plus rapidement et demeure compétitif par rapport à la main-d’œuvre étrangère», illustre Danny Roosens. «Au passage, nous avons rendu le travail des maçons beaucoup moins pénible. Un étude de l’ULB l’a prouvé: les maçons sont nettement moins fatigués en fin de journée, et jouissent d’une meilleure santé.»

Et pour atteindre son objectif zéro carbone, l’entreprise travaille sur un processus de production afin de parvenir, dans le futur, à une production négative de carbone. «Par ailleurs, nous avons mis en place un système simple: nous plantons des arbres à Madagascar via l’ONG Graine de vie. Chacun de ces arbres capte 100 kg de CO2 sur une durée de vie de 20 ans, ce qui compense une tonne de béton produit. Nous proposons à nos clients une contribution financière pour participer à ce programme. Et ce, pour un montant très faible: 65 euros pour la neutralisation complète d’une maison neuve en béton.»

Lorsque le chantier est terminé, nos micro-usines nomades sont très facilement déplaçables vers un autre site
Danny Roosens, administrateur délégué de Roosens Bétons

Roosens Bétons a également développé de nouveaux produits qu’il déploie hors de nos frontières. «Nos micro-usines constituent un concept assez innovant», détaille l’administrateur délégué. «Nous avons rassemblé dans un conteneur tout ce qu’il faut pour construire l’équivalent de 3 maisons par semaine. Cette solution, qui coûte moins de 100.000 euros, s’accompagne de formations spécifiques. Et lorsque le chantier est terminé, nos micro-usines nomades sont très facilement déplaçables vers un autre site.»

Ajoutez à cela de nombreux investissements dans des panneaux photovoltaïques, dans l’achat de machines moins énergivores, dans les lignes de production, ainsi qu’une utilisation accrue de la voie d’eau toute proche. «Nous voulions prouver que climat et béton font bon ménage, et qu’il est possible d’atteindre le zéro carbone moyennant un coût faible», résume Danny Roosens. «C’est le fruit d’un travail de plus de 10 ans, qui a occupé plus de 10 personnes et nécessité de collaborer avec des universités, des centres de performance technique, etc.» Ce dossier de plus de 5 millions d’euros a été financé sur fonds propres et grâce à des aides d’État.

 

Découvrez les laureats