Un système d’éclairage intelligent «Omniflow»

Flobecq

Un système d’éclairage intelligent «Omniflow»

Plutôt que de se contenter d’un «simple» éclairage LED pour réaliser des économies d’énergie, Philippe Mettens, bourgmestre de Flobecq, a déniché l’Omniflow, un lampadaire doté d’une éolienne et de panneaux photovoltaïques permettant de générer l’énergie qu’il consomme. Et bien plus encore.

Omniflow est un dispositif d’éclairage LED, donc très économique, monté sur mât. De quoi contribuer à régler la question du coût de l’éclairage public dans une commune comme Flobecq? Oui… mais pas seulement. «Ce projet dépasse largement le cadre strict de l’éclairage à moindre frais», souligne le bourgmestre, Philippe Mettens. «Car Omniflow est autonome en termes de production d’énergie, grâce à des panneaux photovoltaïques et à une éolienne à axe vertical.»

Plus encore, le système peut être géré à distance via une application pour smartphone. Il est ainsi possible de moduler le niveau d’éclairement, «en cas de festivités par exemple. Si nous devons éteindre tel ou tel éclairage public, ce dispositif nous permet de le faire de façon très simple et rapide, plutôt que de devoir contacter le gestionnaire du réseau et de nous arranger avec lui.»

Il est également possible d’ajouter des caméras sur une unité Omniflow, alimentées en direct par l’éolienne et le photovoltaïque, afin de surveiller des lieux isolés ou éloignés du réseau électrique. «Des voies ferrées, notamment», illustre le bourgmestre. «Infrabel est d’ailleurs intéressée par ce projet.» Les images sont également disponibles en ligne via son smartphone. Omniflow peut, en outre, jouer le rôle de relais wifi et/ou 4G/5G, «très utile dans des zones rurales moins couvertes en matière de télécommunications ou d’internet». Cette application potentielle a déjà suscité l’attrait d’opérateurs télécoms. Au pied du mât, les citoyens disposent même de ports USB pour recharger leur smartphone.

Je vois résolument Flobecq comme un observatoire, un lieu d’expérimentation
Philippe Mettens, bourgmestre de Flobecq

Ce projet – une première en Belgique, souligne Philippe Mettens – a coûté 12.000 euros (pour 2 unités financées via un partenariat entre la commune et ORES, gestionnaire du réseau de gaz et d’électricité). Ce prix comprend l’installation, la maintenance et le monitoring sur le long terme. En réalité, ces mâts ne coûtent pas beaucoup plus cher qu’un éclairage normal, tout en offrant des fonctionnalités additionnelles considérables.

«Nous avons contacté directement le créateur portugais de l’Omniflow pour en installer à Flobecq. Il n’en existe que quelques exemplaires dans le monde, entre autres dans l’État de New York. Notre objectif était de montrer que ces technologies existent, d’éprouver leur potentiel et leur utilité dans des régions quelque peu délaissées sur ce plan. Ce sont aussi des solutions durables, qui peuvent répondre aux grands défis actuels de la planète.»

Le bourgmestre nourrit l’espoir que ce système soit installé le long des autoroutes belges. «Celles-ci pourraient être éclairées à moindre coût énergétique. Mieux: on peut tout à fait imaginer, en les maintenant sur le réseau électrique, que les autoroutes deviennent productrices nettes d’énergie et qu’elles réinjectent l’excédent d’électricité produite sur le réseau.»

Le projet, on le voit, est parfaitement reproductible. Une dimension présente dans tous les projets menés par le bourgmestre: «Je vois résolument Flobecq comme un observatoire, un lieu d’expérimentation. Nous avons, avec cette vision du développement (durable), lancé un autre projet qui a assuré l’équipement de 40% de nos habitations avec des panneaux photovoltaïques gratuits. Notre modèle se situe aux antipodes de celui qui avait tenté de promouvoir ces énergies vertes et qui avait abouti, avec les certificats verts, à un inopportun effet spéculatif… Avec le projet Omniflow, nous poursuivons cette même ambition.»

Bekijk de genomineerden