La technologie nanogrid, une alternative à l’énergie nucléaire

Imaginez que, demain, vous puissiez acheter votre électricité directement à votre voisin propriétaire de panneaux photovoltaïques, sans passer par votre fournisseur. C’est possible avec la combinaison de deux technologies: le cloud énergétique pour les échanges d’énergie et la blockchain pour enregistrer et valoriser les transactions.

Le projet ENERGRID (financé par le Service Public de Wallonie – Département de l’énergie et du Bâtiment durable) vise à la décentralisation de l’énergie. Grâce au système nanogrid, les échanges énergétiques se font de pair à pair : il sera alors plus simple de gérer les composants de production et de stockage de l’énergie ainsi que les flux entre ces éléments. Ce système modulaire pourra être appliqué dans les bâtiments industriels, dans le secteur résidentiel comme dans celui des services. Les bâtiments équipés en nanogrid pourront diminuer leur dépendance énergétique au réseau classique jusqu’à être autosuffisant.

Ce projet répond à des besoins sociaux et environnementaux. L’intégration du nanogrid dans des bâtiments permet en effet de varier les sources de production d’énergie. Lorsque les nanogrids injectent de l’énergie sur le micro-réseau, elle est redistribuée localement. Un avantage qui limite les pertes liées au transport de l’énergie.

L’approche proposée par l’Université de Liège (ULg) et la Haute Ecole de Namur-Liège-Luxembourg (Hénallux) sera étudiée à l’échelle globale. Ce projet permettra sans aucun doute à la Wallonie de réduire sa dépendance énergétique et de limiter les risques de rupture d’approvisionnement en cas d’un éventuel délestage. Le projet a démarré en 2016 pour une période de trois ans.