Nous évoluons vers un apprentissage 'just-in-time': les étudiants précisent ce qu’ils savent déjà. Le professeur adapte immédiatement son enseignement

Caroline Pauwels
rectrice de la VUB

La VUB réinvente l’enseignement et la recherche

Etudier au CPAS? Suivre en ligne des cours donnés par des professeurs étrangers? Innover en partenariat avec des entreprises? Caroline Pauwels, rectrice de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), et Paul De Knop, prorecteur, présentent l’université du XXIe siècle.

Centre de connaissances au coeur de l’Europe, la VUB développe un enseignement et une recherche aptes à relever les défis à venir. Qu’il s’agisse de nouveaux modèles de pensée, de partenariats innovants ou encore de financement diversifié.

Laboratoire vivant

«Nous suivons toutes les évolutions sociales de très près», indique Caroline Pauwels, rectrice de la VUB. «Nous utilisons Bruxelles, une ville jeune et multiculturelle d’envergure mondiale, comme sujet d’étude vivant. Nos étudiants suivent des cours au CPAS, par exemple, où ils sont en prise directe avec les défis du XXIe siècle qu’ils intègrent directement dans leurs études et leurs recherches. Citons aussi le projet de tutorat BRUTUS, dans lequel nos étudiants accompagnent des élèves de l’enseignement secondaire pour permettre à des jeunes talentueux mais défavorisés d’accéder plus rapidement à des études universitaires.»

La VUB innove aussi dans sa façon de donner cours. Selon la rectrice, l’université évolue vers un apprentissage just-in-time qui correspond mieux aux attentes des jeunes. «Les étudiants précisent ce qu’ils savent déjà. Le professeur adapte immédiatement son enseignement. Nous y intégrons également le numérique – comme un moyen, pas comme une fin en soi.»

Centre de connaissances numériques

Le Learning & Innovation Center (LIC), développé en partenariat avec l’ULB, est un bon exemple de l’intégration du numérique. Ce centre de connaissances unique sera ouvert aux étudiants, chercheurs, citoyens et entreprises.

«Le LIC sera un laboratoire vivant au coeur de la capitale», souligne le prorecteur Paul De Knop. «Un centre numérique futuriste permettant d’étudier, d’effectuer des recherches et d’entreprendre ensemble de manière innovante. Ce partage de connaissances interdisciplinaires et avec d’autres organisations permettra de trouver plus rapidement des solutions aux défis de demain: énergie, vieillissement, numérisation, mobilité…»

Grâce au Learning & Innovation Center, les étudiants, les chercheurs et les entreprises pourront innover ensemble
Paul De Knop, prorecteur de la VUB

La VUB tourne aussi son regard au-delà de nos frontières. L’université attire des étudiants étrangers et propose des cours en langue étrangère, comme le Bachelor of Social Science. «La rencontre entre les cultures engendre des transferts de connaissances intéressants et de meilleures solutions de recherche», observe Caroline Pauwels. «Il en va de même pour l’apprentissage à distance: grâce à des connexions numériques avec des universités étrangères, les étudiants suivront des cours donnés dans le monde entier et les chercheurs échangeront des idées.»

Incubateur d’innovations

Le LIC est le fruit d’un partenariat avec la Région de Bruxelles-Capitale et des entreprises high-tech comme Proximus, Barco, Huawei et Comm- Scope. Pour celles-ci aussi, le LIC représentera un incubateur d’innovations. Mais ce partenariat ne risque-t-il pas d’affecter la recherche propre?

Paul De Knop: «Il revient à chacun de préserver sa particularité. Dans les contrats de recherche, nous précisons toujours que les résultats ne peuvent être manipulés. Il est cependant judicieux de diversifier ses  revenus via des partenariats gagnant. C’est pourquoi nous avons émis, via Belfius, un emprunt obligataire sous la forme de certificats de trésorerie à long terme. Une primeur en Europe occidentale, et une preuve que le monde de l’entreprise croit en notre vision de l’avenir. Le LIC offre dès lors l’occasion de bâtir des collaborations fructueuses dans le domaine de l’innovation. Nous aidons ainsi la Belgique à prendre le leadership dans l’économie numérique.»