Les villes qui abordent positivement leurs problèmes environnementaux et font des choix durables en récoltent les fruits sur le plan économique

Hans Bruyninckx
directeur de l’Agence européenne pour l’Environnement

L’Économie du futur sera durable

Intérêts économiques et réalisation des objectifs climatiques ne sont pas contradictoires, affirme Hans Bruyninckx, de l’Agence européenne pour l’Environnement. Un plaidoyer en faveur d’une approche durable.

«Le plus important en matière d’environnement? », demande Hans Bruyninckx. «Associer un problème, comme la pollution de l’air à Bruxelles ou Anvers, à des initiatives positives. Les mesures prises doivent améliorer le confort de vie: moins de nuisances sonores, plus d’espaces verts et publics, plus de plans d’eau, une meilleure fluidité du trafic, des pistes cyclables plus sûres. Cette approche positive n’est possible que si tous les acteurs – publics et privés – sont disposés à collaborer avec fierté. En matière d’environnement, on a besoin d’une politique orientée vers l’avenir, mais aussi de technologies, de connaissances et de citoyens qui pensent et agissent ensemble. C’est pourquoi il est crucial de développer une politique environnementale qui suscite engagement et adhésion.»

Une approche aussi poussée est porteuse de résultats, affirme Hans Bruyninckx. «Les villes qui abordent positivement leurs problèmes environnementaux et font des choix durables en récoltent les fruits sur le plan économique. Elles sont plus attrayantes pour les jeunes, les investisseurs, les entreprises… Et la valeur de l’immobilier y augmente. Tout le monde est donc gagnant!»

Politique environnementale comme fil rouge

Hans Bruyninckx est partisan d’une économie verte où la durabilité prime et où intérêts économiques et ambitions climatiques ne s’opposent pas. «Les intérêts économiques et les objectifs climatiques se renforcent mutuellement. Sur le plan européen, nous savons qu’une économie verte qui mise sur une technologie durable en matière d’énergie, de gestion des déchets et de mobilité crée davantage d’emplois. D’autant qu’il sera aussi nécessaire d’appliquer mondialement cette politique verte pour laquelle l’Europe possède une large avance. Le récent accord climatique de Paris démontre que les technologies intelligentes, les produits et services orientés vers l’avenir et les consultants seront bientôt nécessaires partout. Les connaissances ne viendront pas des pays et des villes qui sont à la traîne en matière de politique climatique. L’économie du futur sera durable.»