Aujourd’hui, nos étudiants ont 20 start-up en chantier, comme Connect2Move et Tracking View

Nathalie Crutzen
directrice du Smart City Institute

L’enseignement, maillon indispensable pour un «smart» écosystème

Enseignement, citoyens, pouvoirs publics et entreprises doivent collaborer pour développer une véritable «Smart Belgium». Le Smart City Institute, la Vlerick Business School et la VUB sont pleinement conscients du rôle crucial qu’ils jouent en la matière. Leur priorité? Faciliter l’échange de connaissances afin d’encourager les projets intelligents.

«Le fait qu’elles intègrent ces matières dans le programme de cours et qu’elles prennent de plus en plus d’initiatives pour réunir toutes les parties prenantes est une raison suffisante pour nous ranger à 100% derrière ces institutions et les soutenir financièrement», explique-t-on chez Belfius. «Ensemble, nous constituons un réseau de smart cities fondé sur des bases scientifiques, avec des accents variés provenant de l’ensemble du territoire.»

La collaboration avec la chaire Smart Cities créée à la VUB s’inscrit parfaitement dans cette vision de partage et d’échange de connaissances.  «Nous mettons des organisations publiques et privées en contact avec des experts en smart cities», souligne le professeur Pieter Ballon, responsable de la chaire depuis la fin de 2016. «Comment améliorer la mobilité de votre commune? Comment exploiter intelligemment les données que vous possédez? Comment encourager le commerce local? Telles sont les questions auxquelles nous voulons répondre en adaptant l’offre à la demande.» Belfius compte parmi les partenaires qui soutiennent financièrement cette chaire.

Comment améliorer la mobilité dans votre commune? Comment exploiter intelligemment les données en votre possession? Telles sont les questions auxquelles nous voulons répondre
Pieter Ballon, responsable de la chaire Smart Cities à la VUB

Le monde académique constitue un maillon indispensable de l’écosystème Smart Belgium. La cocréation et la collaboration entre les centres de recherche donnent naissance à des idées innovantes, ainsi que le démontre le Smart City Institute (SCI), intégré à la HEC Management School de Liège.

Le SCI fait partie de B-SCAN (Belgian Smart City Academic Network), un réseau de scientifiques qui font œuvre de pionnier dans le champ des smart cities. À terme, l’ensemble de l’écosystème Smart Belgium récoltera les fruits de leurs recherches. «B-SCAN existe depuis deux ans», rappelle Nathalie Crutzen, directrice du Smart City Institute. «Il est trop tôt pour parler de résultat concret, mais le monde académique lui témoigne un très vif intérêt.»

Master classes en Smart Cities

Cet intérêt, Pieter Ballon l’a également constaté au sein des villes et communes. «Ce n’est pas la technologie qui manque. Le principal défi est d’exploiter efficacement toutes ces technologies intelligentes.»

Comment? C’est ce que l’on étudie pendant les master classes organisées tous les deux mois par la chaire Smart Cities. «Nous y invitons des responsables Smart City de villes, communes et entreprises», poursuit Pieter Ballon. «Un partenaire comme Belfius peut également apporter des contacts intéressants.»

Nous remarquons que les villes et communes deviennent de plus en plus intelligentes et durables
Nathalie Crutzen, directrice du Smart City Institute

Chaque master class se concentre sur un thème: la mobilité, les partenariats public-privé, la participation citoyenne, etc. «Les participants à une master class ont droit à un état des lieux des recherches scientifiques sur le terrain, ainsi qu’à des success-stories nationales dans lesquelles ils peuvent puiser leur inspiration. En outre, nous discutons des organisations avec lesquelles ils ont la possibilité de collaborer pour concrétiser leurs propres projets. Belfius peut jouer ici un rôle important en réunissant les partenaires adéquats et en soutenant les organisations via sa filiale Smart Belgium Services.»

Le Smart City Institute de Liège propose une formation similaire. «Pour la deuxième année consécutive, nous comptons 24 inscrits à la formation Smart Cities Management», se réjouit Nathalie Crutzen. «Tous ont une connaissance du terrain, car ils proviennent des secteurs privé et public. Ensemble, ils imagineront des solutions concrètes pour rendre la Wallonie plus smart.»

Se détacher de la théorie

La Vlerick Business School participe elle aussi à la cartographie de la Smart Belgium en collaboration avec les pouvoirs publics, des entreprises privées et des instituts de la connaissance. «La société se complexifie: si nous voulons évoluer vers un monde meilleur, nous devons faire preuve d’intelligence», insiste Stijn Viaene, professeur en transformation numérique.

Nous enseignons à nos étudiants qu’il n’y a aucun mal à quitter les sentiers battus. Les solutions intelligentes naissent souvent hors du cadre traditionnel
Stijn Viaene, professeur de transformation numérique à la Vlerick Business School

Avec Belfius, Vlerick a développé une méthodologie destinée à analyser les projets intelligents des villes et communes. «Nous savons ainsi ce que font les pouvoirs publics et nous pouvons formuler des recommandations pour rendre leurs projets encore plus intelligents et efficaces», détaille Stijn Viaene. «Par ailleurs, ces informations s’avèrent importantes pour nos étudiants, car ils sont les entrepreneurs de demain. Nous leur apprenons aujourd’hui qu’il n’y a aucun mal à sortir des sentiers battus. Les solutions intelligentes naissent souvent en dehors du cadre traditionnel.»

Pendant leur formation, les étudiants de Vlerick dépassent le cadre purement théorique en participant activement à des projets dotés d’un impact social, notamment via la Watt Factory. Dans ce Smart City Accelerator, les étudiants se penchent sur des questions de logistique, d’énergie, de santé, etc. «Il est très enrichissant pour les étudiants de se détacher de la théorie et de découvrir ce que leurs connaissances peuvent produire dans la pratique», assure Stijn Viaene.

20 start-up d’étudiants

C’est pour la même raison que 300 étudiants en Master de la HEC Management School suivront cette année le séminaire «Sustainable Strategy in a Multi-Polar World» du Smart City Institute. «Ils y imaginent des solutions afin de rendre les villes plus intelligentes», dévoile Nathalie Crutzen. «Les projets les plus réalistes prennent forme dans le City Venture Lab.» Et les résultats sont là: «Nous avons 20 start-up d’étudiants en chantier, comme Connect2Move et Tracking View

Pour entretenir la dynamique «smart», le SCI publie chaque année un baromètre Smart City. «Nous remarquons que les villes et communes deviennent de plus en plus intelligentes et durables», conclut Nathalie Crutzen. «Nous devons continuer à encourager cette dynamique. Car c’est la seule manière de faire naître encore plus de smart cities dans toute la Belgique.»