Les panneaux de signalisation numériques à la conquête des rues d’Anvers

Rombit

Les panneaux de signalisation numériques à la conquête des rues d’Anvers

Rombit, fournisseur de technologies intelligentes, a placé à Anvers les premiers panneaux de signalisation numériques mobiles au monde. Ils réduisent le stress lié au stationnement et fluidifient le trafic.

Ceux qui déménagent ou rénovent ne connaissent que trop bien les panneaux d’interdiction de stationner. Généralement, ils sont indispensables afin de réserversuffisamment de place pour un camion de déménagement ou un conteneur de déchets durant quelques jours. Dans une ville densément peuplée, ces panneaux engendrent néanmoins des problèmes de stationnement et des engorgements de la circulation.

«À Anvers, quatre panneaux sur cinq étaient placés sans autorisation», ajoute Evert Bulcke, Chief Commercial Officer de Rombit. «Les services de la Ville ne bénéficiaient pas d’une vision claire de la situation.»

Procédure simple

A*Sign, le premier panneau de signalisation numérique mobile au monde, change la donne. Ce panneau est en permanence connecté à une plateforme en ligne gérée par la Ville. Les citoyens et les entreprises qui ont besoin d’un panneau de signalisation peuvent le réserver en ligne via une procédure très simple.

Avant, il fallait 2 semaines pour demander une interdiction de stationnement. Aujourd’hui, cela se fait en 2 minutes
Evert Bulcke, Chief Commercial Officer de Rombit

«Dans le passé, la commune était parfois confrontée à des demandes multiples à la même adresse», poursuit Evert Bulcke. «Et il arrivait que, le matin, les demandeurs se retrouvaient nez à nez avec une société de gaz ou d’électricité qui ouvrait le trottoir. Grâce au système de réservation en ligne, de telles situations sont désormais exclues. De plus, les dates mentionnées sur le panneau de signalisation numérique sont toujours correctes et clairement lisibles. C’en est fini des gribouillages indéchiffrables à la craie!»

Test avec 360 panneaux

Une phase de test est en cours à Anvers avec 360 panneaux mobiles. À terme, il pourrait y en avoir 4.000. L’installation et l’entretien des panneaux sont assurés par 20 ouvriers de Werkhaven, un atelier d’économie sociale.

«Les ouvriers communaux ne doivent donc plus se rendre sur place pour modifier une date sur un panneau: tout passe par la plateforme numérique», souligne Evert Bulcke. En outre, «Les panneaux sont parfaitement protégés contre le vandalisme et le vol, grâce à un capteur de mouvement et une alarme.»

Intérêt de l’étranger

Depuis l’introduction d’A*Sign, le nombre de demandes officielles a quintuplé, passant de 14.000 (en 2015) à 70.000 (en 2017). «Dorénavant, seule une fraction des panneaux de signalisation est placée sans autorisation. La prolifération de panneaux d’interdiction de stationner dans les rues n’est plus qu’un mauvais souvenir. Grâce à A*Sign, il n’y a plus de place que pour les demandes enregistrées.»

La procédure de demande rapide est l’une des clefs de ce succès. «Autrefois, il fallait deux semaines pour demander un panneau de signalisation, contre deux minutes à présent. La charge de travail des collaborateurs communaux a ainsi nettement diminué.»

Après Anvers, Rombit espère conquérir l’étranger. L’entreprise a déjà reçu des marques d’intérêt de la part de San Francisco, Paris et Prague.