Bütgenbach préserve l’eau pour les générations futures

Bütgenbach

Bütgenbach préserve l’eau pour les générations futures

Après 11 années de travaux et grâce à un investissement de 6,6 millions d'euros, la commune de Bütgenbach fournit désormais à ses habitants un approvisionnement en eau constant, de qualité, en assurant la préservation de la ressource pour l'avenir. Le tout sans avoir perdu son indépendance.

«Réservoir, station de traitement, station de pompage, conduites et raccordements: à l’échelle d’une commune de 5.600 habitants, ce sont des travaux « titanesques »», assure René Spoden, chef de service Travaux publics à la commune de Bütgenbach. «En onze ans, sur trois législatures, nous avons réalisé un bond d’un siècle», juge-t-il.

«Auparavant, le fontainier ne cessait de se déplacer de pompe à pompe, de puits à puits. Les installations n’étaient pas reliées entre elles, ce qui empêchait de faire l’appoint en eau d’un site grâce à un autre. Et rendait impraticable financièrement l’ajout d’une unité de traitement des eaux brutes pour chaque site. Enfin, la capacité des réservoirs de tête s’avérait insuffisante. En conséquence, l’adduction d’eau dans le village manquait de régularité, notamment pendant les périodes de sécheresse. Désormais, tout est contrôlé par GSM. Et côté travaux, nous sommes tranquilles pour un bon demi-siècle!»

Quand ils ouvrent un robinet chez eux, les citoyens ne se rendent pas compte de l’énorme travail réalisé en amont
René Spoden, chef de service à la commune de Bütgenbach

Cette tranquillité passe également par une préservation très active des ressources en eau. Les zones de protection et les points de captage ont été grillagés. Le système est, par ailleurs, peu énergivore, car il a été construit de manière à tirer parti du relief; quatre des cinq zones alimentées le sont par la seule force de la gravité, la dernière, située à même hauteur que la station de traitement, nécessitant une pompe de relevage.

La commune, qui dispose d’importantes réserves souterraines, a choisi de garder son indépendance. Elle aurait pu se raccorder à la Société wallonne des eaux, mais elle a préféré sauvegarder ce capital inestimable tout en maintenant le savoir-faire local.

«Nous sensibilisons les citoyens grâce aux visites d’école, à celles organisées pendant les «Journées de l’eau» et aux journées «Portes ouvertes» à la station de traitement. Pour qu’en ouvrant leur robinet d’eau, ce geste si anodin, ils se rendent compte de l’énorme travail réalisé en amont, pour capter, stocker, traiter et acheminer l’eau», continue René Spoden.

«Notre volonté pédagogique avait commencé en amont, dès le début des transformations. Dans chaque édition de notre journal municipal bisannuel, nous évoquions l’avancée des travaux. Nous envisageons d’organiser un «week-end de l’eau», en prévoyant des navettes qui achemineront les visiteurs du puits au site de captage et à la station de pompage.»

Cette sensibilisation du public aux enjeux des nappes phréatiques et de la consommation d’eau s’avère très importante pour la préservation, à long terme, de l’environnement.