Le suivi intelligent des patients

AZ Maria Middelares

Le suivi intelligent des patients

L’AZ Maria Middelares de Gand sera bientôt le 1er hôpital européen à mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle et la température des patients à risque via un biocapteur portable. Les infirmières pourront ainsi davantage se consacrer aux soins proprement dits.

En 5 ans, l’AZ Maria Middelares de Gand est parvenu à réduire le nombre de réanimations de 80%. Chaque patient y est suivi via un Early Warning Score (EWS), une méthode de détection précoce qui identifie les divergences notamment en termes de rythme cardiaque, de fréquence respiratoire et de température. Il est ainsi possible d’entreprendre très rapidement l’action adéquate.

«À mesure que la situation du patient se détériore, la mesure du score EWS exige de plus en plus de travail pour notre personnel infirmier», explique Elisabeth Reusens, membre de l’équipe. «Il est parfois nécessaire d’effectuer des mesures toutes les demi-heures. C’est pourquoi nous avons lancé ce projet-pilote l’été dernier en collaboration avec Philips Healthcare. Bientôt, un biocapteur adhésif mesurera automatiquement les paramètres EWS des patients à risque et enverra les données vers le dossier patient électronique.»

Système d’alarme automatique

Les avantages de l’EWS sont nombreux. Les infirmières pourront davantage se consacrer aux soins proprement dits. Les patients se verront toujours administrer les soins adéquats. et les patients à risque bénéficieront d’une sécurité accrue.

«Dès que la situation du patient se détériore, une alarme se déclenche sur le téléphone mobile d’une infirmière de la Rapid Response Team», précise Kurt Roesbeke, collaborateur au projet Support Soins et Technologie. «Les infirmières sont aussi informées quand les valeurs s’améliorent et que le risque diminue.»

Nous pourrons bientôt suivre les patients souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires à domicile
Kurt Roesbeke, collaborateur au projet Support Soins & Technologie à l’AZ Maria Middelares

La technologie a été testée de manière approfondie par le fabricant, et son utilisation est approuvée aux États-Unis et en Europe. Bien entendu, l’hôpital veut pouvoir faire confiance à 100% à la communication entre le capteur et sa propre infrastructure informatique.

«Nous sommes occupés d’adapter notre système informatique interne aux mesures par capteurs», poursuit Kurt Roesbeke. «Dès que le processus fonctionnera parfaitement et que les éventuels pièges auront été identifiés, nous commencerons les tests pratiques.»

Primeur européenne

L’AZ Maria Middelares veut suivre un patient avec biocapteur dès le mois d’avril 2018. Il sera à ce moment le 1er hôpital européen à utiliser cette technologie.

«Concrètement, nous allons mettre en service environ 400 capteurs pendant une année et procéder à une évaluation intermédiaire», conclut Kurt Roesbeke. «Si les résultats sont aussi bons que prévu, nous augmenterons le nombre de capteurs dès 2019. Les possibilités futures sont très diverses. Lorsque le capteur embarquera une technologie 4G, nous pourrons suivre les patients souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires à domicile. Nous réduirons ainsi le nombre d’admissions à l’hôpital.»

Découvrez les laureats