Smart Award Nominee

Promouvoir l’hydrogène en tant qu’alternative durable

L’ASBL WaterstofNet informe et sensibilise les pouvoirs publics, entreprises et citoyens sur les possibilités durables de l’hydrogène dans de nombreuses applications. Mais elle joue également un rôle de catalyseur dans le développement de projets à grande échelle liés à l’hydrogène.

«On assiste à une augmentation gigantesque de la demande de mobilité propre, sans émissions», observe Adwin Martens, directeur de WaterstofNet. «C’est notamment possible via la production d’hydrogène à partir d’électricité issue d’énergies renouvelables. Aujourd’hui, la majeure partie de l’hydrogène est toujours produite à partir de gaz naturel et de pétrole. Mais la donne est en train de changer.»

Le concept de voitures, camions et même chariots élévateurs à hydrogène est simple. «Vous faites le plein d’hydrogène mais vous roulez à l’électricité. Une pile à hydrogène combine l’hydrogène et l’oxygène présent dans l’air pour produire de l’eau et de l’électricité.»

Pourquoi préférer l’hydrogène à une batterie pour stocker l’électricité? «Le rechargement d’une batterie est beaucoup long qu’un plein d’hydrogène. En outre, le rayon d’action d’un véhicule à hydrogène est nettement plus étendu. Nous roulons par exemple avec une voiture à hydrogène dont l’autonomie atteint quelque 550 km.»

Pionnier

«Nous devons veiller à ce que la Belgique reste à la pointe en matière d’hydrogène», prévient Adwin Martens. C’est pourquoi WaterstofNet collabore avec un cluster composé d’une vingtaine d’entreprises. «Nous travaillons avec des entreprises qui constituent un maillon important dans la production d’hydrogène, comme Hydrogenics, leader mondial dans la conversion d’électricité en hydrogène, et Borit, qui produit de très grandes cellules de transmission pour les véhicules. Mais aussi avec des clients dans l’hydrogène, comme Colruyt qui déploiera bientôt 75 chariots élévateurs alimentés à l’hydrogène.»

Le rechargement de la batterie d’une voiture électrique dure plus longtemps qu’un plein d’hydrogène. En outre, un véhicule à hydrogène possède un rayon d’action bien plus étendu
Adwin Martens, directeur de WaterstofNet

«Nous développons et découvrons des champs d’action avec tous nos partenaires. Outre les entreprises, il s’agit de pouvoirs publics au niveau national et européen. Et cette collaboration donne naissance à de magnifiques projets. Voici quelques années, nous avons ainsi testé la possibilité de faire rouler des camions-poubelles à l’hydrogène. Résultat? Ces camions feront bientôt une démonstration dans 10 villes européennes!»

Avenir

«Quoi qu’il advienne, WaterstofNet continuera de jouer un rôle important», souligne Adwin Martens. «La mobilité sans émissions s’imposera, même si nous ne savons pas quand elle sera adoptée ni sous quelle forme. Ce sera sans doute une combinaison de véhicules électriques équipés de batteries et de véhicules électriques à l’hydrogène.»

«WaterstofNet ne manque pas d’ambition», conclut son directeur. «Nous œuvrons avec des acteurs industriels à des solutions pour des camions. L’hydrogène est idéal pour le transport routier, car il associe un rayon d’action beaucoup plus vaste à des pleins rapides. Nous voulons encore étendre notre écosystème et rendre l’hydrogène plus accessible en construisant de nouvelles stations-service. Pour que la Belgique rattrape son retard sur ses pays voisins, nous devons en créer 25 d’ici à 2025.»