Administrations publiques et entreprises ont trop souvent tendance à se regarder en chiens de faïence

Frank Beliën
fondateur de Living Tomorrow

Soins du futur: I have a drone

Centres de soins et entreprises se tournent vers le futur avec intérêt. «Et Living Tomorrow fait office d’entremetteur en mettant les deux parties en relation», complète Frank Beliën, fondateur de Living Tomorrow.

L’un des projets de Living Tomorrow a été baptisé «Carehome of the Future». Comme les nombreuses autres initiatives de ce jardin d’essais, il encourage la réflexion entre les parties les plus diverses: entreprises, pouvoirs publics, centre de soins…  L’objectif? Développer la vision et les solutions qui façonneront l’avenir. «Tant les pouvoirs publics que les entreprises sont désireux d’anticiper les futures tendances. Hélas, ils se regardent trop souvent en chiens de faïence», regrette Frank Beliën. Living Tomorrow va à l’encontre de cette impasse et réunit tous les acteurs, en développant une vision et en recherchant des synergies. «La pratique prouve que la méthode fonctionne. Elle a déjà donné naissance à plusieurs projets inspirants», affirme Frank Beliën.

Arrêt cardiaque

C’est par exemple le cas d’Ambulance Drone, un projet mené conjointement par les universités de Delft et de Gand en partenariat avec plusieurs services d’urgence et Living Tomorrow. L’objectif? Réduire le temps moyen d’intervention des services d’urgence de dix à une minute. En cas d’infarctus, le temps est un facteur crucial.

Dans ce scénario, l’Ambulance Drone fait office de boîte de secours volante. Grâce à une caméra placée sur le drone, le service d’intervention suit de près l’évolution de la situation et le médecin urgentiste posté dans la salle de contrôle donne ses instructions à la personne sur place.

Le drone atteint des vitesses de 100 km/h et vole en ligne droite. Sa destination lui est fournie par le signal GPS de la personne qui a appelé les services de secours. Seule la législation empêche aujourd’hui de rendre le projet opérationnel en Belgique.

Baisse des coûts, confort accru

L’idée est spectaculaire, mais les soins du futur dépassent la seule technologie. «Des soins intelligents, ce sont également des soins abordables et inclusifs», estime Frank Beliën. «C’est pourquoi Carehome of the Future recherche des technologies à l’échelle humaine qui réduisent les coûts tout en accroissant le confort des résidents et du personnel infirmier dans les maisons de repos.»

Parmi ces gadgets technologiques, on peut citer les robots soignants déployés dans les centres de services de soins et de logement. Ils mesurent la température et le rythme cardiaque des résidents, soulèvent les objets lourds à la place du prestataire de soins, tiennent compagnie aux résidents et leur offrent une «oreille» attentive. De la technologie, avec un côté dur et un côté doux… Et ceux qui pensent que ces appareils ne sont appréciés que par les geeks et autres digital natives ont tort. «Les seniors adorent la technologie », sourit Frank Beliën.