Smart Award Winner

Un projet d’économie circulaire autour des matériaux de construction

L’entreprise d’ennoblissement innovante Orbix a développé un processus de carbonatation en collaboration avec le VITO, l’institut flamand pour la recherche technologique. Des résidus de la production d’acier et du CO₂ sont transformés en matériaux de construction de qualité supérieure. Un magnifique échantillon de réflexion innovante et durable, axée sur les circuits.

La production d’acier inoxydable laisse des ’scories’, du matériau résiduel qui contient encore une petite quantité d’inox. Auparavant, cette fraction résiduelle était mise en décharge. Depuis 1996, Orbix utilise ces granulats pour des applications dans la construction de routes et la production de béton. «Or, ces granulats contiennent encore 2 à 3% du précieux métal», chiffre Dirk Van Mechelen, responsable de la recherche et développement chez Orbix. «Pour le récupérer, nous devons moudre très finement les granulats. Après des recherches approfondies en collaboration avec le VITO, nous sommes parvenus à changer le produit résiduel en liant, qui, combiné à du CO₂, peut être transformé en briques, pierres et carrelage.»

Carbstone est le fruit d’une réflexion poussée sur la résolution de problèmes et les circuits
Serge Celis, CEO d'Orbix

Point essentiel: la qualité des matériaux de construction produits selon le procédé Carbstone est au moins équivalente à celle des variantes classiques. En outre, les producteurs de béton peuvent les travailler au même coût (voire à un coût inférieur) et sans investissement complémentaire dans leurs équipements.

Toutes les parties prenantes y gagnent

Ce processus présente des avantages évidents. L’utilisation du CO₂ comme liant réduit les émissions de gaz à effet de serre. Une usine de béton peut ainsi abaisser ses émissions de CO₂ de 80.000 tonnes par an en moyenne. Simultanément, la quantité de déchets résiduels diminue, puisqu’ils ont droit à une nouvelle destination utile.

De ce fait, le secteur de la construction consomme moins de matières naturelles tout en proposant à l’utilisateur final un produit de qualité et plus durable… au même prix.

Bien entendu, c’est aussi très bénéfique pour l’environnement, puisque le procédé préserve les matières naturelles pour les générations futures. «L’impact social est assez clair», affirme Serge Celis, CEO d’Orbix. «Mais l’industrie tire elle aussi profit de Carbstone. Des entreprises à fortes émissions de CO₂ réduisent ainsi leur taux d’émissions, tandis que l’industrie sidérurgique diminue ses frais de production grâce à un meilleur cycle des matériaux.»

Le processus exigeant une étroite collaboration entre plusieurs parties, il favorise également un ancrage local des entreprises concernées: producteurs de CO₂, industrie sidérurgique et cimenteries.

Business plan intelligent

«Nous associons au projet un business plan intelligent», poursuit Serge Celis. «Les producteurs de béton peuvent durabiliser leurs activités sans investissement supplémentaire ni concession en matière de qualité ou de prix.»

Orbix vend la technologie sous licence afin que les acteurs intéressés puissent l’intégrer dans leur processus de production. Aux Pays-Bas, la technique de Carbstone est appliquée via De RuwBouw Groep, sous la marque Compensatiesteen. Ces pierres produites à faible émission de CO₂ y sont commercialisés depuis quelque temps déjà.